06 16 88 33 16 info@coopil.fr
Sélectionner une page
Que se passe-t-il quand le soi public et le soi privé ne sont pas en ligne ?
Je vous donne un exemple : le « phénomène » dit de l’imposteur.

Dans cette situation, le soi public, c’est à dire l’image que donne la personne au monde, dans ses déclarations, dans ses actions, est une image de compétence et de réussite, d’être à sa place.

Ce n’est pas de la vanité, la personne – le chef de projet pour ce qui nous concerne – fait bien son job et ses collègues saluent vraiment le travail fait.

Mais, la vision d’elle-même de la personne est très différente.

Ses pensées secrètes, ses émotions, son intime conviction est qu’elle n’est pas à la hauteur et qu’elle joue un rôle avec brio, mais un rôle.

« Les autres ne vont pas tarder à se rendre compte qu’elle n’est pas du tout au niveau, que c’est donc un(e) imposteur, qui sera bientôt démasqué(e). »

Tous les résultats concrets sont, selon eux, le résultat de la chance, des amis, des astres alignés etc.

Le terme a été inventé en 1978 par deux psychologues, P.R Clance et S. Imes, qui ont évoqué une « expérience », à laquelle tout le monde pourrait être un jour confronté.

Il ne s’agit donc pas d’une « maladie » mais plus d’un «mécanisme psychologique », sans doute lié à la confiance en soi et au contexte.

Abonnez-vous sur #L2PLCDP