06 16 88 33 16 info@coopil.fr
Sélectionner une page
NE DONNEZ SURTOUT PAS DU SENS A VOS EQUIPIERS ? -L2PLCDP N°13

NE DONNEZ SURTOUT PAS DU SENS A VOS EQUIPIERS ? -L2PLCDP N°13

Vous ne devez absolument PAS DONNER du SENS à vos équipiers de projet !
C’est contre-productif ! Le sens n’est pas assimilable par voie orale…

C’est surprenant mais il faut arrêter de vouloir DONNER du sens à vos équipiers de projet.

C’est très étrange de penser que vous savez mieux qu’eux ce qui a du sens pour eux. Vos équipiers sont des gens intelligents.

Que faire alors ?

Dans la 3ème partie de l’expérience « La caverne des voleurs », les psychologues arrêtent de dresser les 2 groupes de 11 enfants l’un contre l’autre pour les confronter à un problème commun.

Ils annoncent que des vandales, extérieurs au camp, ont détruits l’arrivée d’eau. Les enfants doivent trouver une solution.
Ils sont tous concernés et pas trop de 22 pour mettre en place une solution.
Rapidement, les tensions entre les groupes disparaissent.

C’est une notion baptisée « Œuvre commune » en Logothérapie. Le sens se trouve, chacun le sien, dans une action commune qui, elle, a un sens.

Comme chef de projet, vous pouvez souligner le sens de votre projet : en faire une œuvre commune!
Chaque équipier trouvera alors le sens à donner à son action au sein du projet.

Si votre projet n’a aucun sens selon vous, cela pose la question délicate du sens de votre action comme chef de ce projet là…

POURQUOI R&D ET VENTES SE PARLENT PAS ? -L2PLCDP N°12

POURQUOI R&D ET VENTES SE PARLENT PAS ? -L2PLCDP N°12

Dans la 2ème phase de «La caverne des voleurs», les 2 groupes de 11 enfants constitués – auto-baptisés « Serpents à sonnettes » et « Aigles » – se rencontrent à l’occasion d’un tournoi.

Cela crée d’entrée des tensions entre les 2 groupes. Il y a ceux de ma bande et les autres, ceux avec moi lors de l’événement fondateur du groupe : sa création.

L’équipe de psychologues encadrant l’expérience favorise une équipe contre l’autre.

Se créent alors de fortes tensions entre les 2 équipes, avec des accusations de tricheries. Un groupe s’introduit dans le camp adverse pour voler le drapeau, suivi de représailles, de vols de vêtements etc…

Les stéréotypes sur l’autre camp se mettent en place. Les serpents se voient comme des durs à cuire, les Aigles comme garants de la droiture.
Les serpents sont donc de la racaille pour les aigles, les aigles des fayots pour les serpents.

Or tous les enfants sont socialement très semblables.

Nous avons besoin de faire partir d’un groupe & nous protégeons notre groupe. Ainsi, on se valorise soi-même et on protège son estime personnelle. En sur-valorisant ses propres qualités et minimisant celles des autres.

« Sans nouveaux produits, pas de ventes » dit la R&D Aigles.

« Sans ventes, pas d’argent pour la R&D » dit la vente Serpents.

:->

LA CAVERNE DES VOLEURS 1/3 ? -L2PLCDP N°11

LA CAVERNE DES VOLEURS 1/3 ? -L2PLCDP N°11

Nous avons tous besoin de faire partie d’une communauté, un groupe, une tribu. C’est fortement ancré dans nos gènes !

Revenons sur l’expérience de la caverne des voleurs, un classique de la psychologie sociale, mise en œuvre en 1945 par Muzafer Sherif et Carolyn Sherif, Université d’Oklahoma .

Les chercheurs ont constitué une cohorte de 22 garçons, appartenant à la même couche sociale, dans des collèges similaires, tous originaires de L’Oklahoma.

Tous des enfants « normaux », sans antécédents relatifs à de mauvais comportements, issus de familles stables et avec de bons résultats scolaires.

Aucun ne savait qu’il participait à une expérience.

Les enfants ont été répartis en 2 groupes de 11, éloignés, dans un parc : « La caverne des voleurs »

3 phases dans cette expérience :
1 – Création du sentiment d’appartenance
2 – Mise en tension entre les groupes
3- Œuvre commune

Pendant la phase 1, les enfants ont des activités au sein de leur groupe. Ils choisissent un nom à leur bande : « Les serpents à sonnettes » et « les aigles ».

Dans chaque groupe, les enfants développent un fort sentiment d’appartenance et apparaissent vite des hiérarchies et différentes fonctions internes.

Ça vous rappelle pas votre dernier team-building ?
A suivre :->

CONFORMISME OU TOTALITARISME ? -L2PLCDP N°10

CONFORMISME OU TOTALITARISME ? -L2PLCDP N°10

Conformisme ou totalitarisme : la domination de l’identité sociale!

Que se passe-t-il quand l’identité sociale prend le dessus ?

La névrose collective apparait quand l’être humain abandonne la recherche d’un sens à sa vie.

Intrinsèquement, l’homme est un être à la recherche de sens.

Or nombreux sont ceux confrontés au vide existentiel.

Ce vide existentiel constitue la névrose collective selon V Frankl. La névrose collective prend forme quand la personne cherche à remplir ce vide, avec une réponse toute prête ; lorsqu’il abandonne sa propre recherche de sens.

Dans cet abandon, il va soit faire :
* Ce que les autres veulent de lui (totalitarisme),
* Comme les autres (conformisme),
* ou surinvestir une activité, une croyance (fanatisme).

Cette névrose collective est liée à plusieurs facteurs :

• L’oubli de soi par le biais d’un certain fatalisme, selon lequel l’homme n’est pas responsable de sa vie,

• Le nihilisme selon lequel la vie n’a aucun sens, ou qu’il est impossible de trouver un sens à sa vie ou à une situation concrète.

A partir de ce nihilisme et fatalisme, l’être humain devient rapidement un objet et non plus un sujet.

Le seul moyen d’en sortir est d’écouter sa conscience morale, qui vous guide vers le sens de votre vie.

QUELLE EST VOTRE IDENTITE SOCIALE ? -L2PLCDP N°9

QUELLE EST VOTRE IDENTITE SOCIALE ? -L2PLCDP N°9

Une autre identité de la personne, avec le soi public et privé est l’identité sociale.
A quelle communauté appartenez-vous ?

Ce concept a son importance pour les chefs de projets travaillant en multiculturel. Pour ceux qui pratiquent, les différences d’identité sociale et culturelle sont compliquées à gérer.

L’identité sociale est composée de :

La parenté : nous sommes fils/fille de…et nous appartenons à cette famille, qu’on le veuille ou non d’ailleurs !

La nationalité : C’est ce qui apparait sur notre passeport, et nous avons une certaine image liée à cette nationalité (souvent cliché mais réelle)

L’ethnie : Nous appartenons à une « éthnie ». Les études génétiques ont aujourd’hui capables de vous dire d’où vous venez et pourquoi, en ce qui me concerne, je peux faire du stop en Irlande en étant pris pour un local :->

L’appartenance religieuse : vos croyances et votre adhésion ou non à une religion/croyance vous définissent également.

L’appartenance à une communauté : vous pouvez aussi être défini socialement par votre travail « Je suis chef de projet », par votre style de vie « je suis végan » etc..

En réalité, plus on s’intéresse à la personne, plus on trouve des facettes. Être chef de projet, c’est appréhender la complexité humaine !